Pages vues le mois dernier

dimanche 9 septembre 2012

« J’ai choisi la Liberté » de Victor Kravchenko, mon livre de chevet actuel



Je suis en train de lire « J’ai choisi la Liberté » de Victor Andreïevitch Kravchenko, dans son édition originale française de 1947 (Editions Self, Paris). Ce livre est intéressant, je dirais même essentiel, à plus d’un titre. Car, comme le dit son traducteur de l’époque, ce document « n’est pas un livre comme les autres ».


En Avril 1944, Victor Andreïevitch Kravchenko (1905 – 1966), ingénieur soviétique ukrainien (région du Donbass), en mission à Washington dans le cadre d’une mission de la commission d’achat soviétique, demande l’asile politique aux Etats-Unis. Il rédige quelques mois après (1946) un ouvrage où il décrit « la vie publique et privée d’un haut fonctionnaire soviétique » et il explique pourquoi il a « choisi la liberté » (I choose Freedom). Dans son livre, il décrit, seize ans avant Alexandre Soljenitsyne dans Une journée d’Ivan Denissovitch, les méfaits de la collectivisation, la famine provoquée en Ukraine (Holodomor), les purges, les camps de concentrations, ……


L’ouvrage rencontre un immense succès, et il est traduit en Français et publié en France en 1947.

Victor Kravchenko

Le 13 Novembre 1947, l’hebdomadaire communiste « Les Lettres françaises » publie un article, prétendument envoyé des Etats-Unis par un dénommé Sim Thomas, assurant que Kravchenko n’aurait pas écrit lui-même son livre, lequel aurait été en fait rédigé par des mencheviks (sociaux-démocrates opposés aux bolcheviks). Pendant des mois, André Wurmser, journaliste et écrivain communiste, publie des articles insultants, accusant Kravchenko de « mensonge et d’imposture ». Celui-ci porte finalement plainte en diffamation contre le journal.   

Le procès ne s’ouvre que le 24 Janvier 1949, Sim Thomas étant introuvable, et pour cause : c’était une pure invention de Claude Morgan, rédacteur en chef des Lettres françaises, qui comparut alors avec Wurmser. Il durera jusqu’au 22 Mars 1949, comportant 25 audiences. Nina Berberova (1901 – 1993), la grande poétesse russe qui réside à Paris depuis 1925, relatera le procès dans L’affaire Kravchenko (paru en 1990).


Les Lettres françaises produisent des témoins prestigieux tels Frédéric Joliot-Curie, Vercors, Roger Garaudy ou le poète Jean Cassou. L’avocat des Lettres françaises prétendra que, derrière Kravchenko, il y a les services de renseignements américains, argument qui est encore utilisé de nos jours. Dans la salle, Sartre, Beauvoir, Elsa Triolet applaudissent.  

A l’appui de Kravchenko, les témoins, pour la plupart rescapés des camps de concentration soviétiques, décrivent audience après audience la réalité du régime totalitaire soviétique : collectivisation forcée, arrestations arbitraires, pseudo procès. Le témoignage de Margarete Buber-Neumann (1901 – 1989), communiste allemande, réfugiée en Russie après la prise de pouvoir par les nazis, mais livrée par les soviétiques à ceux-ci en vertu du pacte Molotov-Ribbentrop, sera un des temps forts du procès. Selon Nina Berberova, ce témoignage « vaut à lui seul dix ans de propagande anticommuniste », puisqu’il peut établir un parallèle entre les camps nazis et les camps soviétiques. Pour la défense des Lettres françaises, toutes les atrocités évoquées sont des inventions !  

Le 4 Avril 1949, Les Lettres françaises sont condamnées à verser 150 000 francs de dommages et intérêts. Le procès aura toutefois montré la force politique et intellectuelle du parti communiste français (aux municipales de 1947, il obtient 29,9 % des voix, et encore 25,5 % aux législatives de 1951. Il a réussi à mobiliser de nombreuses plumes pour condamner un livre remettant en cause l’URSS et la politique de Staline, « le petit père des peuples ». Après la mort de Staline, en 1953, les dirigeants français rechigneront d’ailleurs à s’engager dans la dénonciation des crimes de Staline par Khrouchtchev au XXe Congrès du PC d’Union soviétique (23 Février 1956).  


« J’ai choisi la Liberté » de V. A. Kravchenko se vendra à plus de 500 000 exemplaires. Une belle leçon face à l’aveuglement idéologique.  

La mort de Kravchenko d’une balle dans la tête, le 25 Février 1966, sera considérée à l’époque comme un suicide. Mais tout le monde n’est pas persuadé que le KGB soit étranger à l’affaire. 

2 commentaires:

  1. je lis ce livre en ce moment et le recommande vivement. ce témoignage époustouflant de l’après révolution de 1917 vécu de l’intérieur montre qu'il ne faut jamais oublier.
    Comme pour la Shoah ce récit nous rappelle que la dictature est un enfer ou la vie humaine n'est plus rien car seule l'idéologie aveugle compte. Malheureusement ce sont les plus méchants, les plus agressifs et les plus haineux qui dominent et créent un enfer.
    cela doit nous rappeler que la recherche du progrès, l'effort, le travail sont des données fondamentales pour une évolution positive de la société et non la jalousie, l'envie et le ressentiment qui mènent au délitement progressif de la société puis au désastre. comme les systèmes socialistes de ces époques.
    travaillant sur les systèmes de retraite par répartition en France et en reflet de ce que m'inspire ce livre, je m'inquiète de l'évolution de la société francaise qui choisit la facilité et le déclassement. Pour illustrer mes propos je travaille au coeur d'un aspect fondamentale du principe de solidarité a la francais, je fais des bilans retraite depuis 15 ans et organise la prise en charge de votre dossier retraite, allez voir nos services de calculs et de bilans sur www.eor.fr, vous verrez que trop d'etat tue l'etat, puis l'homme..

    RépondreSupprimer
  2. ..."trop d'etat tue l'etat, puis l'homme."
    C'est une évidence pour tous ceux qui sont instruits de l'histoire du monde. Mais on ne connait pas d'État qui ait su maigrir... avant sa condamnation à mourir! Sans doute les humains aussi, meurent de la domination de leur Moi, du totalitarisme de l'Être...

    RépondreSupprimer